Aller au contenu
Accueil » Blog Marketing Digital – SEO – E-commerce & WordPress » Prix équitables, la guerre en Ukraine, les budgets de commerce électronique: 5 statistiques intéressantes pour commencer votre semaine

Prix équitables, la guerre en Ukraine, les budgets de commerce électronique: 5 statistiques intéressantes pour commencer votre semaine

Les consommateurs veulent que les marques se concentrent sur des prix équitables dans un contexte d’inflation

Plus de la moitié (57%) des consommateurs souhaitent que les marques les soutiennent pendant la crise du coût de la vie en maintenant les prix « équitables », selon une enquête menée auprès de 2 000 adultes.

Les femmes que les hommes souhaitent des prix équitables, à 62 % contre 52 %. Dans le même temps, le nombre de consommateurs âgés de plus de 55 ans qui souhaitent que les marques maintiennent des prix équitables est plus du double du nombre de consommateurs âgés de 18 à 34 ans (72% contre 36%).

Les consommateurs souhaitent également que les marques gèlent les prix des produits ou services de la gamme de valeur (36 %), offrent plus de promotions de rapport qualité-prix (33 %), récompensent la fidélité des clients existants (30 %) et augmentent le nombre de promotions qu’elles offrent (28 %).

À l’autre extrémité de l’échelle, les consommateurs sont moins favorables aux marques qui tentent de les soutenir grâce à des taux d’inflation élevés en essayant de les divertir ou de les faire rire ou sourire (5%). C’est cinq fois plus indésirable chez les générations plus âgées de 55 ans (2 %) que chez les 18 à 34 ans (10 %).

Pendant ce temps, seulement 8% veulent que les marques s’engagent directement avec elles pour développer de nouvelles solutions et seulement 10% veulent que les marques offrent un financement client abordable.

Source : IPA/Opinium

Les trois quarts des Britanniques veulent que les marques fassent plus pour aider l’Ukraine

Les consommateurs britanniques s’attendent à ce que les marques adoptent une position active sur la guerre en Ukraine, les trois quarts (74%) des Britanniques souhaitant que les marques fassent plus pour aider.

Les consommateurs britanniques s’attendent également à ce que les marques s’expriment contre l’invasion russe de l’Ukraine. Plus des trois quarts (77%) des personnes interrogées pensent que les marques devraient exprimer leur opposition à l’invasion.

L’attente que les marques ne restent pas silencieuses pendant la guerre en Ukraine est particulièrement forte chez les consommateurs britanniques par rapport à ceux d’autres pays. En comparaison, un peu plus de la moitié (56%) des consommateurs Français pensent que les marques devraient s’élever contre l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

La plupart des Britanniques expriment leur volonté d’arrêter d’acheter auprès de marques qui n’agissent pas sur cette question. Plus de la moitié (52%) des consommateurs britanniques disent qu’ils boycotteraient les marques qui ne font rien, et 64% disent qu’ils boycotteraient les marques russes.

Les attentes des marques sur cette question sont plus élevées que celles du gouvernement, selon l’étude. En effet, 70% des gens pensent que le gouvernement britannique devrait faire plus pour soutenir l’Ukraine, tandis que 74% pensent que les marques devraient en faire plus.

Source: Forrester

Les marques de commerce électronique dépensent 59% de leur budget média en ventes à court terme

Les marques qui classent le commerce électronique comme très important et qui sont matures dans leur approche dépensent 59% de leurs budgets médias pour générer des ventes à court terme, selon une nouvelle étude de la Fédération mondiale des annonceurs (WFA) et dentsu International.

Ceci est comparé à seulement 37% dépensés en ventes à court terme par les marques qui considèrent le commerce électronique comme « important » ou « croissant en importance », et sont donc moins avancées dans leur parcours.

L’étude est basée sur les réponses de 41 marques multinationales dans 13 secteurs, ce qui représente une dépense publicitaire mondiale totale de plus de 50 milliards de dollars (39 £). 9 milliards). Environ 46 % des répondants occupaient des postes dans les médias, tandis que 48 % occupaient des postes de vente ou de commerce électronique.

Sept entreprises sur 10 (71%) déclarent que le commerce électronique est soit « critique » (51%) ou « très important » (20%) à l’heure actuelle, ce chiffre passant à 93% si l’on considère les deux prochaines années.

Pourtant, seulement un répondant sur cinq est conscient de l’impact sur la rentabilité de son activité de commerce électronique, et peu d’organisations utilisent le profit comme mesure du succès. Seulement 34% des répondants identifient les KPI liés à la contribution du commerce électronique au résultat net comme l’une de leurs trois principales mesures.

Cependant, les indicateurs commencent à passer de l’activité et du volume à la contribution commerciale à mesure que les organisations deviennent plus matures dans ce domaine.

La recherche révèle également que pour de nombreuses organisations, la structure interne constitue un obstacle à la saisie de l’opportunité dans le commerce électronique. La plupart des répondants disent que le commerce électronique est géré dans des équipes cloisonnées spécifiques, normalement au sein de la fonction de vente (37%) et occasionnellement au sein de l’équipe marketing (16%). Quelque 28% des personnes interrogées ajoutent que les canaux de vente traditionnels sont gérés indépendamment d’une fonction de commerce électronique centrale, chacun cherchant à maximiser ses propres ventes et marges.

Source : WFA/Dentsu International

Le nombre de Britanniques qui ont du mal à joindre les deux bouts a plus que doublé

La proportion d’adultes britanniques qui disent avoir du mal ou être incapables de joindre les deux bouts a plus que doublé par rapport à la même période l’année dernière.

Plus d’un Britannique sur cinq (22%) déclare avoir du mal ou ne pas parvenir à joindre les deux bouts, soit une augmentation de 12 points par rapport à 2021 (10%).

Environ 5% des personnes interrogées par YouGov disent qu’elles doivent souvent se passer de produits essentiels comme la nourriture et le chauffage. De plus, 17 % disent qu’ils ne peuvent « que » payer leurs coûts et ont souvent du mal à joindre les deux bouts.

La plupart des personnes interrogées étaient pessimistes quant à leur situation économique pour l’avenir. Trois personnes sur cinq (60 %) s’attendent à une situation pire au cours de la prochaine année, tandis que la moitié d’entre elles affirment que leur situation financière s’est détériorée au cours du dernier mois.

Alors qu’une personne sur cinq au Royaume-Uni a du mal ou ne parvient pas à joindre les deux bouts, ce chiffre tombe à 13% pour les personnes de plus de 65 ans. Un peu moins de la moitié de ce groupe d’âge se dit très (6 %) ou relativement (42 %) à l’aise financièrement.

Source: YouGov

Les jeunes consommateurs plus préoccupés par les positions des marques sur les questions sociales

Les consommateurs de moins de 45 ans sont plus préoccupés par les positions des marques sur les questions sociales que les générations plus âgées, selon une enquête menée auprès de 2 000 adultes britanniques par Sitecore.

Il est important pour la grande majorité (96 %) des consommateurs de la génération Z que les détaillants offrent davantage de produits et de services appartenant à des minorités, alors que seulement 62 % des baby-boomers pensent que c’est important.

Plus de neuf répondants de la génération Z sur 10 disent qu’ils veulent que les marques adoptent une position morale sur les questions de société, comparativement aux deux tiers des baby-boomers.

L’enquête révèle également que les jeunes consommateurs sont beaucoup plus susceptibles de boycotter les marques en raison de leur association avec un chiffre qu’ils n’aiment pas.

Bien que les marques qui n’ont pas de positions progressistes sur les questions sociales puissent perdre la coutume des jeunes consommateurs, il existe des opportunités importantes pour celles qui le font. Près des trois quarts (71 %) de la génération Z paieraient plus cher pour des produits et services s’ils savaient que le personnel était bien payé, et 76 % paieraient plus pour un produit plus respectueux de l’environnement.

Dans l’ensemble, 70% des consommateurs veulent voir les marques se connecter avec eux à un niveau personnel.

Source: Sitecore